La fécondité de l’Église

La vie chrétienne consiste à être disciple du Christ en marchant à sa suite, à vivre selon l’Évangile et à en rayonner, à se savoir appelé à porter du fruit, en vrai sarment du vrai cep qui est le Christ (cf. Jean 15,2.8). Alors qu’il reçoit cet appel, qui est à la fois appel à la liberté, à la vérité ainsi qu’à la conversion de tout l’être, le chrétien n’en n’ignore pas l’exigence. Il reçoit sa joie de la parole même du Christ qui est vie et lumière ; il a pour « carte d’identité » les Béatitudes qui le rendent libre comme est libre le Christ.

Le chrétien, mû par l’Évangile et fortifié par l’Esprit, est disciple missionnaire, et se voit jour après jour convié à laisser grandir en lui la grâce de son baptême, à témoigner, à temps et à contretemps, du Dieu qui aime tous les hommes. C’est par sa vie même que le chrétien peut glorifier la source de toute fécondité, le Père qui est dans les cieux (Matthieu 5,16).

Surmonter sa crainte

Dès lors, le chrétien se laisse éclairer par l’Esprit et peut surmonter ses craintes lorsqu’il lui faut rendre témoignage à l’Évangile. La parole du Maître et Seigneur ne vient-elle pas l’interpeller en profondeur ?

« En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui tombe en terre ne meurt pas, il reste seul ; si au contraire il meurt, il porte du fruit en abondance. Celui qui aime sa vie la perd, et celui qui cesse de s’y attacher en ce monde la gardera pour la vie éternelle. » (Jean 12,25).

 

Chacun est encouragé par le Christ

Ainsi tout chrétien, qui doit être disciple-missionnaire, participe à la fécondité de l’Église entière.
De ce rôle, l’apôtre Paul s’est su investi tout au long de sa vie et de sa mission. Il s’adresse aux jeunes Églises qu’il dit « avoir enfantées dans la douleur », et les encourage :

« Quand vous auriez dix mille pédagogues en Christ, vous n’avez pas plusieurs pères. C’est moi qui, par l’Évangile, vous ai engendrés en Jésus-Christ. Je vous exhorte donc : soyez mes imitateurs. » (1 Corinthiens 4,15-16).

 

Le Christ nous comble de sa paix, en toute situation

Si le chrétien connaît l’adversité, voire la persécution à cause du témoignage rendu à l’Évangile, il sait pouvoir mettre sa foi et son espérance en Celui qui a triomphé de la mort :

« Je vous ai dit cela pour qu’en moi vous ayez la paix. En ce monde vous êtes dans la détresse, mais prenez courage, j’ai vaincu le monde. » (Jean 16,33).

Père Jean-Marie Dezon, prêtre du diocèse de Gap-Embrun,
Réseau Mondial de Prière du Pape en France